La planche du Bonsoir clara

Bonsoir Clara : La recette d’une sortie apéro réussie

Cela fait bientôt deux mois que Paye Ta Planche fait sa tournée des bars pour vous servir un assortiment des meilleures sorties apéro de Lyon. Certains d’entre vous se posent sans doute la question “Mais comment font-ils pour choisir de quel endroit parler ?”. Après vous avoir mis l’eau à la bouche une première fois à la Croix-Rousse au Grand Café de la Soierie, Paye Ta Planche a affiné sa recette ultime de l’apéro parfait à Lyon. Sortez vos couteaux à saucisson et vos verres à vin, ce soir on grimpe chez Bonsoir Clara.

Une tranche de nostalgie

Bonsoir Clara Intérieur
L’intérieur du Bonsoir Clara

Il serait facile de terminer cet article en une ligne, il suffirait de prendre la biographie Facebook de notre bistrot du jour : “Du bon vin et des bons produits pour un bon moment !”. Hop, merci, remballez, à la semaine prochaine ! Mais Bonsoir Clara, ce n’est pas que ça. C’est bien plus que ça. Ne parler que des produits de la planche serait nous transformer en critiques gastronomiques. Or un critique ça donne faim (ou pas), et nous ce qu’on veut c’est surtout vous faire rêver.

Rappelez-vous…

Rappelez-vous votre enfance et les dimanches après-midi chez les grands-parents, perdu(e) dans la campagne. Ces fameux week-ends qui ressemblaient à des vacances. Vous y êtes avec moi ? Si votre mémoire fonctionne encore, vous devriez avoir retenu deux moments marquants : les jeux et les goûters. Il n’y avait qu’une seule chose qui pouvait nous arrêter de jouer, c’était l’odeur des tartines de confitures, des crêpes au Nutella et le bruit de la cuillère de chocolat en poudre tintant contre le bol de lait chaud. Alors que le Soleil se couchait peu à peu, on n’entendait plus que votre chaise de bois grincer sous l’agitation du Gone que vous êtes… et qui reprendrait bien un peu de confiture.

De bons souvenirs n’est-ce pas ? Et pourtant à l’époque, le goût des aliments, vous vous en fichiez pas mal (brocolis exclus). Ce qui comptait c’était le moment présent. Bonsoir Clara, c’est un peu ça. Sans même parler de ce qu’on va y manger, on est déjà conquis : mobilier de bois et de tôle, mur de pierres apparentes, ardoise gigantesque, spots de lumières… Même les chaises rappellent les cantines de notre jeunesse. À la différence qu’on vient y boire du vin.

Bonsoir Clara Vin et Charcuterie
Vin et charcuterie, on va se régaler

Un zeste de tranquillité

Sur ce point, on triche un peu. Pour des raisons pratiques, chez Paye Ta Planche on arrive à l’ouverture, et si possible en début de semaine. Donc c’est calme, et c’est tant mieux. Les deux jeunes filles derrière le bar nous invitent à nous installer, avant de rapidement nous expliquer le concept de la maison. Bar à vin et à tartines. Les plus plaisantins d’entre vous seraient tentés de tremper les tartines dans leurs verres (ce qui vous expose à des travaux d’intérêts gastronomiques), mais pas d’inquiétude : Paye Ta Tartine ça n’est pas pour tout de suite. Sur le menu imprimé sur papier cartonné (pour un effet très appréciable), les planches sont bien cachées en troisième page, ce qui ne retarde pas pour autant notre commande : Charcuterie mademoiselle, s’il vous plaît !

Un soupçon d’alcool

Il faut le reconnaître, un apéro n’a pas forcément à être associé à de la bière ou à du vin. Mais passer à côté d’un verre de Pinot gris au Bonsoir Clara serait passer à côté d’une petite merveille. Mickaël et Valentin, au Gascogne blanc ne semblaient pas en reste non plus. La sélection proposée est délicieuse. Le signe qui ne trompe pas ? C’est le seul lieu où l’on a craqué pour un deuxième verre de vin. En y repensant, grand-mère ne serait pas contente mais depuis on a bien grandi, alors que la planche tant attendue arrive à petites enjambées.

Et de quoi se régaler

Bonsoir Clara : Planche
La planche du Bonsoir Clara

Regardez-moi cette merveille, cette ribambelle de rosette. C’est simple, mais ça fait son petit effet, et ça n’est pas trop chargé. Sous vos yeux ébahis chers lecteurs voici une planche de charcuterie pour deux, et croyez-moi ça remplit le ventre. Nous mentionnons souvent l’apéro-dînatoire, chez Bonsoir Clara on est en plein de dedans.

Découpons la planche

Cet assortiment de cochonnaille lyonnaise commence sobrement par un petit jambon blanc. Loin d’être sec, il s’effiloche quelque peu et fond très vite en bouche. Pas de doute, on a affaire à de la très haute qualité. C’est souvent par les produits les plus simples que l’on s’en rend compte le plus vite.  Ici, tout vient de chez Joseph de Lyon, charcuterie de gros, établie à Mions, tout près d’ici.

À sa droite, c’est un jambon persillé. Alors que l’assiette très classique du Grand Café de la Soierie nous avait un peu laissé sur notre faim, cette fois on sort un peu de l’ordinaire. Le morceau ne se laisse pas facilement couper, il faut faire preuve de dextérité si l’on ne veut pas tout manger d’un coup. Mais derrière, les premiers crocs nous confortent dans notre débauche d’énergie. Ce petit goût printanier amené par le persil s’accorde très justement avec notre vin blanc. C’est censé être l’apéritif mais les quantités sont plus que généreuses, nous avons face à nous deux véritables morceaux de viande.

Puis vient la rosette, délicieusement étalée sur l’ardoise. Venant de Thurins (encore un petit village du coin), c’est ce qui a disparu le plus vite. Une petite tranche, puis une autre… Vous connaissez la chanson ! Là encore, un produit plutôt simple de prime abord mais qui en bouche a tous les atouts pour épater. Douce et pas trop sèche, on se retient de croquer dedans. Étonnamment, le goût de cette rosette n’est pas aussi “franc” et prononcé que l’on pourrait s’y attendre. Tant mieux, on pourra profiter des petits cornichons entre deux tranches pour affoler un peu nos papilles.

Passée la parenthèse “condiments”, c’est le moment d’entamer le pâté de campagne. Très copieux, il a le mérite de prendre toute la place pour lui, si vous voyez ce que je veux dire. Et pourtant, il se mange sans faim. Le meilleur ? C’est que sa saveur reste en bouche longtemps pour notre plus grand bonheur.

Et quand y’en a plus, y’en a encore : un autre pâté, mais un pâté en croûte cette fois. Voilà de la charcuterie campagnarde comme on l’aime tant. Son goût est très intéressant, salé à souhait. Avec un peu de truffe et de cornichons incrustés, son cœur légèrement élastique a de quoi séduire. Petit bémol en revanche, sa croûte est sèche, très sèche, et a tendance à outrepasser les saveurs du pâté en bouche.

Verdict : Comme à la maison, mais en (beaucoup) mieux !

N’y allons pas par 4 chemins, le Bonsoir Clara c’est une ambiance cosy, et une équipe qui ne met pas les petits plats dans les grands, mais plutôt dans votre assiette. L’essentiel est assuré, et quel essentiel ! Pas besoin d’aller dans un grand restaurant pour se régaler, Bonsoir Clara c’est comme à la maison, mais en beaucoup mieux !

Se rendre au Bonsoir Clara

À vous de plancher chez Bonsoir Clara

La planche charcuterie – 18€

12h00-15h00 et 18h30-0h00 du mardi au samedi

7 Rue du Chariot d’Or
69004 Lyon

Montrez-moi sur une carte