L’Épicerie Comptoir : Le Languedoc s’invite à Vaise

Marre des ambiances traditionnelles et des quartiers touristiques ? Pas le courage de se déplacer jusqu’au Vieux Lyon ou aux Terreaux ? Nous vous avons entendus ! Aujourd’hui, l’équipe de Paye ta Planche se déplace presque au complet à L’Épicerie Comptoir, dans le 9e arrondissement de Lyon.

L’Épicerie Comptoir, un repère insoupçonné à Vaise

Dans le Nord du 9e arrondissement, les Quais de Vaise se distinguent par leur modernisme et le blancs de leurs reflets. Rien n’indique alors la présence d’un lieu propice aux savoureuses dégustations, et à la culture gastronomique. Et pourtant à quelques pas du cinéma et entourés de boulangeries et de restaurants professionnels : L’Épicerie Comptoir. La fin de l’été annonçant la tombée des feuilles et du Soleil, nous nous réfugions vite à la vue de la lumière chaleureuse de ce refuge particulier.

Alors, épicerie ? Bar à vin ? Restaurant ? L’Épicerie Comptoir porte bien son nom et recense l’ensemble des caractéristiques de chaque lieu. Cherchant à mettre en avant les produits du Languedoc et plus généralement du Sud-Ouest, c’est une épicerie qui permet de déguster les produits sur place. Après la Savoie et sa charcuterie, c’est une autre région de France mise à l’honneur aujourd’hui ! À part Vaise, on recense 3 autres établissements de L’Épicerie Comptoir sur Lyon, aux Halles, aux Brotteaux et à la Croix-Rousse.

Modernisme et culture au service d’une planche du Sud-Ouest

Vin, tapenades, fromages, pâtés, charcuterie… C’est le lieu idéal pour un apéro dînatoire après un cinéma ou une dure journée de travail. L’ambiance allie modernisme et symbolique. C’est entouré de caisses de vins que mes deux compères et moi nous installons sur une table haute. Le plateau est de verre et le piétement vient d’un tonneau viticole. Tout cela est agrémenté d’une forte lumière émanant directement de la table, donnant à l’ensemble de la salle de belles couleurs vives. Rouge, violet, bleu… C’est un peu particulier, mais on s’y habitue vite, sitôt les yeux rivés sur les 3 immenses ardoises qui servent de menus.

Le choix est large, très large. On est presque un peu déçu de devoir ne choisir qu’une planche mixte. Sébastien, le maître de maison est de bon conseil pour le choix du vin et des mets à déguster. Ses connaissances culinaires sont passionnantes et si vous n’aviez pas encore faim, il se chargera de vous mettre l’eau (et le vin) à la bouche !

Bien manger bien boire

Tenant seul le “comptoir”, il faudra patienter un peu avant d’attaquer notre planche mixte. C’est l’occasion de se délecter des nombreux et délicieux breuvages : le choix de l’équipe se porte sur une bouteille de rouge : Les Darons. Signifiant “Les Pères” en argot, il provient directement des plus vieux cépages du Languedoc. Très généreux, épicé voire un peu fruité, il vous séduira bien vite !

À peine la première gorgée avalée, nos narines sont émoustillées par une charmante odeur de légumes. De la cuisine s’échappent les saveurs qui termineront bientôt sur notre table ! Le menu s’adapte évidemment aux saisons : les truffes et crèmes de légumes seront remplacées par le melon et les concassés de tomates dès le retour des beaux jours.

Mais voilà que notre ardoise du Sud-Ouest traverse déjà la salle, prête à nous régaler !

Découpons la planche

Côté Charcuterie

Plutôt classique au premier abord, la charcuterie devant nous présente ce qui se fait de mieux en terme de qualité produit. La plupart viennent de la salaison Saucissons Moiroud, installé depuis 1983 à L’Isle-d’Abeau, à l’entrée du Dauphiné.

Oubliez tout ce que vous savez sur le jambon blanc, il n’a plus rien à voir avec ce que vous connaissiez auparavant ! Les arômes sont équilibrés, la texture souple et fondante. Ici pas d’aromatisation, on retrouve tout le naturel du jambon blanc en bouche. Disposées de façon à mettre ses formes harmonieuses en valeur, les tranches ont de belles nuances rosées.

 

Le blanc est accolé au Serrano, morceau typique de la charcuterie espagnole. Le retrouver dans les produits d’Occitanie est une évidence. Il est produit depuis plus de 60 ans dans la région d’Aragon. Moelleux et salé à la perfection, sa fibre tendre risque fort de disparaître en quelques instants dans votre bouche.

Enfin, le traditionnel saucisson clôt la diagonale de charcuterie. Fort en bouche, relevé… Pas de doute, nous avons bien affaire à un saucisson de terroir, comme on les aime. Les tranches sont fines, mais le rayon est grand, ce qui permet de profiter au maximum de chaque portion. Avant d’en reprendre une !

Côté Fromage

À l’heure d’attaquer le fromage, nous sommes divisés. Le maître de maison dispose d’une grande expérience dans la sélection de fromage. Grands restaurants, fromagerie Hess à Beaune… Mais chacun des fromages n’est présent qu’en trois exemplaires. Soit un  bout chacun. Il va falloir profiter de ces courts instants de plaisir !

Mon choix se porte sur le Brie de Meaux (AOP) qui… Laisse sans voix. S’il fallait qualifier d’un mot ce petit bout de paradis, ce serait orgasmique. Fort, frais, savoureux. Il s’en est fallu d’un rien pour que je me saisisse de la part attribué à mes deux acolytes et la dévore amoureusement. Il faudra être plus rapide la prochaine fois, ou se rendre à la Fromagerie Dongé, près de Nancy, qui le fabrique.

Le comté, comme tous les fromages de l’épicerie, est conçu uniquement au lait cru. Malgré plus d’un million de meule, son goût varie selon la zone géographique où il est affiné. Celui-ci vient de Nantua, dans la fromagerie Seignemartin, dont l’histoire commence en 1930. Nous avons la chance de goûter à l’une de leurs 2000 meules ! Comme pour nous, sa pâte jaune vous livrera tous ses arômes en le rompant. Concentrez-vous et de délicieuses odeurs lactées parviendront à votre nez. Il sera alors temps de le déguster, en le mâchant bien pour profiter de sa fermeté et de son goût prononcé.

Enfin, laissons nos sens s’emballer pour une petite tranche de bleu. Il s’agit d’un Fourme d’Ambert AOP au lait cru, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Ce fromage au lait de vache (à ne pas confondre avec le Roquefort, lait de brebis) fond en bouche, avant d’offrir un léger piquant au chanceux qui le déguste.

Côté tartinades

C’est une première sur Paye ta Planche, nous attendions avec impatience de goûter nos premières tartines de légumes. Sur une tranche croquante est disposé un concassé de légumes aux couleurs automnales (carottes, aubergine, tomates). Terminer notre planche sur une petite touche de chaleur est un régal. Le croquant de la tartine accentue le côté moelleux du concentré de légume et on se surprend à finir les petits bouts de légumes qui tentaient vainement de s’échapper de leur lit croustillant. Provenant de la Rue Traversette, ces mélanges culinaires peuvent parfois même rassembler les légumes et les fruits, voire même les fleurs ! De quoi attendre le printemps avec impatience !

Pour finir d’agrémenter notre dégustation à L’Épicerie Comptoir, un petit pot d’artichaut et d’olives est disposé sur la planche. Petit mais plein d’amour et de senteurs ! D’origine italienne, les olives viennent directement de la Riviera Italienne, chez Frantoio di Sant’Agata. Retenez l’adresse si vous passez près de Nice !

Verdict pour L’Épicerie Comptoir : On en redemande !

Si ce n’est pas déjà fait, prévoyez un soir de semaine pour rendre visite à Sébastien à L’Épicerie Comptoir. Son accueil chaleureux est à l’image des produits qu’il nous sert : rayonnant ! Plus qu’une dégustation, c’est une véritable découverte, et pas que dans l’assiette. Les échanges post-planche le confirment, nous avons affaire à un spécialiste produit, qui en connaît l’histoire et la cuisine. Et si rentrer le ventre plein ne vous suffit plus, L’Épicerie Comptoir vous permet de ramener vos coups de cœur à la maison. Que demander de plus à part une table pour le lendemain ?

À vous de plancher à L’Épicerie Comptoir

Planche à 12€ par personne

L’Épicerie Comptoir
39 Rue des Docks, 69009 Lyon
Tel : 09 72 30 89 78
Facebook

 

L’Épicerie Comptoir